top of page
  • Photo du rédacteurAlain Azeroual

Point sur les marchés financiers Mars 2022

Dernière mise à jour : 6 déc. 2022

Inquiétudes sur les marchés face à l'escalade en Ukraine


Vues des marchés

Les marchés ont réagi négativement face à l'escalade militaire en Ukraine. La baisse des cours des actions et des rendements des obligations d'État ainsi que l'élargissement des spreads de crédit reflètent la fuite des capitaux vers des investissements « refuge ». Le dollar s'est renforcé et le prix des actifs des marchés émergents a considérablement baissé. La liquidité du marché s'est détériorée, en particulier sur les marchés obligataires


Les prix de l'énergie et autres produits de base ont augmenté, reflétant les inquiétudes quant aux perturbations potentielles de l'approvisionnement en gaz naturel, des exportations de blé d'Ukraine et d'autres produits de base. Les prévisions de croissance du PIB pour 2022-23 seront probablement revues à la baisse, tandis que l'inflation à court terme sera probablement plus élevée, car ces augmentations successives des prix de l'alimentation et de l'énergie devraient se répercuter sur les données d'inflation dans le monde entier. C'est un problème majeur pour les banques centrales qui prévoyaient de répondre à une inflation plus élevée en augmentant les taux d'intérêt. L'impact négatif potentiel sur la croissance de la baisse des revenus réels et de la hausse des coûts pour les entreprises devrait inciter la Fed, la BCE et les autres banques centrales à adopter des mesures moins agressives.


Les mouvements immédiats du marché sont liés à la détérioration des perspectives économiques, à l'impact potentiel sur les bénéfices des entreprises et à la manière dont les banques centrales s’ajusteront au scénario probable d'une inflation plus élevée liée à l'énergie et d'une croissance économique plus faible. Pour l'instant, une hausse des rendements obligataires n'est pas envisageable, tandis que les marchés actions pourraient continuer à baisser.


Nous ne pouvons pas anticiper l'aspect politique et de nombreux scénarios sont possibles. Cela dépendra en grande partie de l'ampleur des sanctions occidentales supplémentaires et de l'objectif final de la Russie. L’arrêt des hostilités serait probablement accueilli par une reprise des actifs risqués et une chute des prix du pétrole.


Quelles stratégies à adopter ?


Compte tenu des mouvements rapides des marchés et de l'évolution défavorable de la liquidité des obligations, la situation doit être suivi avec la plus grande attention.


Les actions ont connu un début d'année agité alors que, d’un côté les secteurs présentant une forte sensibilité à l’évolution des taux d’intérêt comme la technologie et les actions à valuation élevée se sont effondrés et de l’autre les secteurs de type « value », notamment l'énergie et les financières, ont surperformé jusqu'à récemment.


Même si l'épisode baissier actuel nous rend plus prudents à court terme sur les actions, le marché étant en train d’évaluer l'impact du conflit sur les perspectives économiques et sur la prime de risque des actions, nous restons modérément constructifs sur les actions à moyen terme


Ainsi, le recul de la vague Omicron et l'amélioration des questions liées à l'offre devraient soutenir l'activité économique au cours du premier semestre, ce qui est déjà visible dans les enquêtes auprès des entreprises, et la croissance mondiale devrait rester supérieure à la tendance. Cela pourrait se traduire par une croissance robuste des bénéfices cette année


Les portefeuilles d'actions classiques n'ont aucune exposition directe à la Russie ou à l'Ukraine. Du côté des obligations, les conditions de liquidité se sont détériorées et les spreads de crédit se sont élargis sur les marchés développés et émergents. Il faut surveiller la manière dont les événements vont se dérouler en matière de taux d'intérêt et de crédit


En résumé : notre positionnement


Modérément positif sur les actions - même si l'épisode actuel nous rend plus prudents à court terme, nous restons modérément constructifs à moyen terme. La croissance devrait rester supérieure à la tendance en 2022, soutenant les bénéfices ; les conditions de financement, même si elles se durcissent, devraient rester accommodantes

36 vues0 commentaire

Comments


bottom of page