top of page
  • Photo du rédacteurAlain Azeroual

Dossier du Mois - Octobre 2021

Dernière mise à jour : 6 déc. 2022

Une réduction d’impôt à l’entrée, mais une fiscalité à la sortie : le PER est-il un bon placement ?


Réduire ses impôts tout en préparant sa retraite, c’est la formule magique que propose le PER (Plan d’Épargne Retraite). Ce nouveau plan a été mis en place en 2019 avec une nouveauté par rapport aux anciens placements d’épargne retraite : la possibilité de sortie à la retraite en capital (et non uniquement en rente). Toutefois, cette sortie en capital peut subir une imposition élevée. Alors, retraite et défiscalisation sont-elles de PER ?

Une réduction d’impôt en contrepartie d’un blocage jusqu’à la retraite

Se construire une épargne retraite tout en diminuant ses impôts ? C'est la formule magique que propose le PER (Plan d’Épargne Retraite) : les versements volontaires réalisés sur une année dans cette enveloppe sont en effet déductibles du revenu imposable.

Il existe cependant 2 limites : - Les versements déductibles en 2021 ne peuvent dépasser 10% des revenus du travail* de l’année 2020 (après abattement de 10%) ou 4 114 euros* (10% du Plafond Annuel de la Sécurité Sociale 2020) si ce montant est supérieur. - Les versements déductibles en 2021 ne peuvent dépasser 32 908,80 euros* (10% de 8 fois le Plafond Annuel de la Sécurité Sociale de l’année 2020).

Comme il s'agit d'un produit de déductions fiscale, la réduction dépend de la tranche marginale d'impôt (TMI) . Plus elle est élevée, plus la réduction sera forte : un contribuable soumis à la tranche à 45% bénéficiera donc d'une réduction égale à 45% de son versement (s'il ne dépasse pas les plafonds). En contrepartie de l’avantage fiscal, les sommes sont bloquées jusqu’à la retraite. Le PER est donc avant tout un produit pour préparer sa retraite. Il existe quelques cas rares de sortie anticipée liée à des accidents de la vie (décès du conjoint, invalidité, surendettement, expiration des droits au chômage, etc…). Avec la loi Pacte, un autre cas de sortie anticipée est ajouté pour le PER : la sortie anticipée pour financer l’acquisition de sa résidence principale. Attention cependant, cette sortie doit obligatoirement servir intégralement à un apport pour acheter la résidence principale. Et elle est fiscalisée Il faut veiller à ce que la fiscalité à la sortie ne soit pas plus élevée que le gain fiscal à l’entrée.

Une enveloppe financière copiée sur l’assurance vie

Les sommes versées dans un Plan d’Épargne Retraite vont donc offrir un gain immédiat à l’entrée. Mais ces sommes vont également être placées sur des supports financiers avec l’espoir de réaliser des plus-values sur le long terme. Créé en 2019 pour relancer les dispositifs d’Épargne Retraite, le Plan d’Epargne Retraite (PER) est une enveloppe dont le fonctionnement a été calqué sur l’assurance-vie. Placement préféré des Français avec près de 1800 milliards d’euros d’encours, l’assurance-vie ne se présente plus. Souple, performante, et adaptable à tous les profils, l’assurance-vie est une enveloppe financière très avantageuse. Le Plan d’Epargne Retraite (PER) offre donc les mêmes avantages financiers que l’assurance-vie. • Possibilité d’investir dans un fonds en euros, garanti par l’assureur, et dont le rendement est plutôt attractif pour un placement sans risque. Rendement moyen du marché des fonds en euros de l’assurance-vie en 2020 : 1.3% (source FFA). • Possibilité d’investir sur des supports plus dynamiques comme par exemple des fonds investis partiellement ou en totalité sur les marchés actions, ou des placements de Pierre Papier (SCI ou SCPI) pour investir indirectement en immobilier. Le choix d’un plan qui offre de nombreuses unités de compte de qualité et diversifiées est donc particulièrement important. • Possibilité de réaliser des arbitrages à tout moment entre les différents supports du contrat, soit pour sécuriser une partie de l’épargne, soit au contraire pour la dynamiser et bénéficier de meilleurs rendements. Au niveau du fonctionnement, des frais et des supports disponibles (donc des performances et des risques), les deux enveloppes sont identiques. 1 € épargné sur le PER doit donc offrir la même rentabilité qu’1 € épargné sur l’assurance-vie. Mais l’épargnant peut également choisir de déléguer la gestion de son PER à des professionnels des marchés financiers, au travers de 5 mandats, cumulables avec la gestion libre, ainsi que la gestion pilotée à horizon (3 profils « Prudent», « Equilibré » et « Dynamique »).


Attention à la fiscalité à la sortie

Point fort du PER, par rapport aux anciens dispositifs d’Épargne Retraite, l’épargnant a la possibilité lors de la retraite de choisir entre rente et/ou capital, en une fois ou de manière fractionnée. Le retraité peut demander, par exemple 5 000 € immédiatement, 5 000 € dans 5 ans, puis une rente de 90 € par mois déclenchée à 70 ans.


Le capital versé, qui a permis une déduction fiscale à l'entrée, est soumis à la sortie au barème de l’impôt sur le revenu. Ce capital a généré des gains (intérêts et plus-value). Ces gains sont quant à eux soumis au prélèvement forfaitaire unique (PFU) de 30% (choix possible pour l'impôt sur le revenu).


Il ne s’agit donc que d’un différé d’impôts. L’avantage obtenu à l’entrée doit être remboursé à la sortie. Aucun intérêt ? Au contraire. Pour deux raisons :


1. La fiscalité à la sortie


Lors du versement dans un PER, le gain fiscal obtenu est égal à son taux marginal d'impôt sur le revenu (TMI) : si vous êtes soumis à un TMI à 30% et que vous versez 500 € dans un PER, ces 500 € sortent de vos revenus imposables, et vous gagnez donc 150 € (500 X 30%). A la retraite, les retraits seront également soumis à la TMI mais, généralement, la TMI est plus faible à la retraite car les revenus baissent.


Ainsi, si vous êtes soumis à la tranche à 30%, et qu'à la retraite, vos revenus sont soumis à la tranche à 11%, l'impôt payé à la sortie sera beaucoup plus faible que le gain obtenu à l'entrée.


2. La valeur temps de l’argent


Même dans le cas où la TMI ne baisse pas à la retraite, le PER offre un intérêt fiscal : le gain fiscal obtenu à l’entrée est un gain immédiat. Et même si ce gain fiscal obtenu est remboursé à la sortie, il aura fructifié pendant de longues années au profit du plan.

Dit autrement, si on vous donne 30 aujourd’hui et que vous devez rembourser 30 dans 25 ans, votre opération n’est pas neutre. Si vous placez ces 30 à 1% pendant 25 ans, vous gagnez 28% !

45 vues0 commentaire

Comments


bottom of page